Le billet d'humeur
Un temps où l'individuel dialogue avec le collectif

Un outil pour fonctionner ensemble

La vie à plusieurs, dans un couple, dans une famille, dans une association, dans une entreprise, dans un tiers-lieu, vient faire de plusieurs individus un collectif.

A l’usage j’ai compris que l’individuel dialogue en permanence avec le collectif.

Dit autrement, à la fois:

  • l’individu contribue à donner la couleur/ la forme du collectif parce qu’il est l’un de ses composants.
  • le collectif dans les interactions d’individu à individu qu’il génère impact l’individu dans son intérieur/ dans sa psyché

Alors parfois les ailes se frottent d’un peu trop près, les étourneaux se percutent, la cocotte minute explose. Afin de réguler des zones de frictions, il existe au Tiers-lieu “le 97” un temps de régulation qui s’appelle le billet d’humeur.
Cet outil est un temps pour que chacun puisse dire “moi je trouve, j’ai ressenti que tel ou tel comportement m’a fait du bien ou du mal”.
Un temps, un lieu où celui qui parle n’est pas interrompu par ceux qui écoutent. Il signifie quand il a fini de parler.
Celui qui écoute peut rebondir sur ce qu’a dit l’autre uniquement pour parler de lui “tiens ça me fait penser à moi dans tel ou tel moment de ma vie”.
Interdiction de jugement négatif sur celui qui a parlé, ni sur personne d’autres d’ailleurs.
Celui qui a écouté se questionne en lui même de comment il peut ou pas bouger ses comportements en fonction de ce qu’il a compris pendant l’écoute.
Pas de protocole ou de solution de type “la prochaine fois on fait comme ça” pas de protocole à créer. L’objectif de la non création de protocole est de garantir à chacun la possibilité de rester dans sa zone individuelle qui lui convient.

Je vous donne un exemple: j’aime trouvé la vaisselle faite le matin en arrivant au tiers-lieu. En billet d’humeur me voici à signifier mon agacement face à ce comportement que je trouve répétitif de vaisselle sale le matin. Il se trouve que Nicolas lui, aime pas faire la vaisselle le soir, ça le dérange quand il se sent la pression de la faire.
Alors lors de mon billet d’humeur il écoute et voit en conscience comment il peut bouger légèrement par rapport à mon besoin. Il ne se fait pas violence pour espérer convenir à la représentation qu’il s’est fait de mon besoin. L’effet cocotte minute côté Nicolas est donc évité.
A l’usage j’ai pu vivre comment ces temps ont permis de réagencer l’espace entre les oiseaux/ les individus d’une manière incroyable: chacun prenant en compte la parole et le besoin de l’autre sans s’infliger un protocole allant à l’encontre de nos besoins propres.
A l’usage j’ai pu vivre comment ces temps ont permis de réagencer l’espace entre les oiseaux d’une manière incroyable: chacun prenant en compte la parole et le besoin de l’autre sans s’infliger un protocole allant à l’encontre de nos besoins propres.

Christine Dornier | facilitatrice | Tiers-lieu “le 97” | Besançon


La low... quoi? La low-tech
Ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander