Apprendre à faucher au Ravelin

L'espace et les déplacements

A l'usage j'ai compris ce matin l'utilité de faucher un chemin entre une zone de fauche et la zone où j'étends l'herbe. Oui ça parait con hein, mais ce matin j'ai fais un premier aller et retour sans rien prévoir et j'ai donc tassé de l'herbe sur mon passage.
J'ai déjà expérimenté la difficulté de faucher lorsque l'herbe est à terre... donc me suis dit qu'avant de faucher la partie que je visais: me fallait d'abord préparer un chemin praticable.

Par où je commence?

J'ai ce matin pris ma première zone de fauche en commençant par ma droite dans le sens de ma marche, pensant effectuer des passages en bandes parallèles.
Deuxième prise de conscience de la matinée: avec ma faux de droitière, le boudin d'herbe sort à ma gauche. Ainsi il vient empêcher un passage propre de ma faux sur la deuxième bande parallèle que j'envisageais.
J'ai donc appris à l'usage de commencer ma zone de fauche par une première bande à gauche de mon sens de marche.

Soutien technique et transmission

Je me suis sentie à la fois fière et épatée de voir chacun contribuer à sa manière lors de ce temps au jardin.
La fourche est bien trop lourde pour une utilisation d'un enfant de 6 ans. Pour charger une brouette une paire de gants suffisent. Je me mets néanmoins en quête d'outils à taille d'enfant, alors à votre bon cœur.
Elle a su trouver l'équilibre et une manière de charger la brouette par elle même, à l'usage.

Le vert sous la coupe

La première zone que nous avons fauchée juste avant le retour de quelques pluies en aout.

Lorsque nous avons fauchée, il y avait une petite couche de verdure qui était encore là, malgré près de 2 mois sans pluie.

Aujourd'hui j'y vois un tapis vert et fourni d'une multitude de plantes différentes.

Au plaisir de t'y voir bientôt pour de vrai cher lecteur

Christine Dornier | facilitatrice | Tiers-lieu "le 97" | Besançon

Tiers-lieu "le 97" tout en fleurs.